La pâte de métal

A l’origine était une idée de recyclage de toutes ces quantités de particules d’argent récupérées dans les films (argentiques bien sûr), les composantes informatiques. Qu’en faire?

C’est en au siècle dernier (hahaha, oui, à la fin du 20è!), en 1990, qu’une entreprise japonaise a développé l’idée de mélanger les particules d’argent pur avec un composant organique et de l’eau, pour en faire une pâte – comme de la pâte à modeler.

Il s’agit donc bien d’une forme de métal malléable, dans sa forme humide, qui une fois sèche, doit être cuite dans des fours à haute température* pour permettre prioritairement la phase du déliantage (le liant organique se consume), puis du frittage (les particules de métal se rapprochent les unes des autres sans pour autant fusionner les unes avec les autres). Après la cuisson, on a un objet dans le métal choisi: argent pur 999, argent sterling, cuivre, bronze et acier.

Voici schématiquement ce qui se passe lors du frittage:

schemafrittage

Tout d’abord les particules sont séparées (par le liant organique), puis la température les fait se rapprocher les unes des autres jusqu’à ce qu’elle soient « agglutinées ». Le métal reste relativement poreux, davantage que lorsqu’il a été fondu/coulé. Mais vos bijoux ne « prendront pas l’eau » pour autant!

Il y a actuellement 2 fournisseurs principaux de pâte d’argent, les originaux japonais, Aida Chemicals et Mitsubishi Materials, mais d’autres producteurs, européens,  offrent maintenant aussi leurs produits. Les pâtes ont évolué avec le temps, et en ayant testé plusieurs, je connais celle que je veux employer en fonction de l’objet que je désire réaliser.

Il existe aussi de la pâte d’or, et j’en reparlerai dans un billet spécifique à l’or, et aux différents placages. Patience!

La pâte d’argent existe sous forme de « pain », de barbotine, de pâte en seringue, de pâte à peindre…

Dans les années 2008-2010, on vit l’apparition d’autres pâtes de métaux apparaître sur le marché: le cuivre, le bronze, et l’acier. Elles ont ouvert la porte de ce monde à beaucoup de gens qui ne pouvaient pas faire face à l’augmentation massive du prix de l’argent à cette période.

Les pâtes de métaux dits « de base » sont aussi produites par de nombreux fabricants maintenant, et si l’idée est la même pour toutes, leurs recettes différentes font que leurs « prises en main et cuissons » sont différentes aussi.

Souvent elles sont vendues sous forme de poudre qu’il s’agira de mélanger avec de l’eau pour obtenir une pâte à travailler. La barbotine est faite à partir de la masse selon les besoins, et à part une marque qui l’offre, on ne peut pas l’acheter sous forme de seringue.

 

* Oui il est aussi possible de cuire la pâte d’argent fin (et une marque de bronze) d’autres façons que dans un four spécifique: dans le micro-ondes (!), ou au chalumeau, sur des plaques de cuisson à gaz… Mais pour des raisons de fiabilité, de solidité, de résistance maximale, il est recommandé de les cuire le plus près possible de leur point de fusion, et le plus longtemps et régulièrement possible. Ce qui n’est pas garanti par d’autres façons de procéder.

Les pâtes de métaux de base (cuivre, bronze acier), quant à elles, y compris l’argent sterling (alliage comprenant du cuivre à 75/1000), requièrent une cuisson sans oxygène pour cause d’oxydation massive lors d’une cuisson à l’air libre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s